Tuto masque coronavirus

LAVEZ-VOUS RÉGULIÈREMENT LES MAINS ET RESTEZ COUVERT 😉

Merci au Dr. Hélène Pinson de nous avoir partagé les patrons initiaux (de craftpassion) qui circulent actuellement via le CHU Grenoble Alpes.

Pour d’avantage comprendre les mécanismes de défenses de notre corps contre des pathogènes (virus, bactéries, etc.) venez visionner notre court-métrage

Octobre 2021

Malheureusement, la crise du coronavirus risque de se poursuivre pendant encore quelques mois.

Alors pourquoi pas, fabriquer son propre masque, efficace et écolo puisque réutilisable (lavable à 30ºC) !

Ici vous n’avez pas que des couches de tissus en coton, mais aussi de la polaire à l’intérieur !

Objectif : faire en sorte que toutes personnes, travaillant, ou ne travaillant pas dans les services médicaux y aient accès. Nous précisons que ces documents sont pour les personnes qui ne sont pas en contact direct avec des patients atteints du coronavirus.

ATTENTION :

Il faut fabriquer plusieurs masques par personnes pour pouvoir les laver et les changer régulièrement. Si vous sortez une fois = direct à la machine en rentrant.

En fonction de leur fabrication, leur efficacité peut varier.

Cependant, d’après notre collègue médecin, le fait d’avoir porté des masques a certainement permis de ralentir l’épidémie dans certains pays étrangers. En effet, ça vous empêchera d’éternuer sur les autres et donc de potentiellement les contaminer. Ça vous empêchera de toucher votre bouche et donc de vous contaminer vous-même… Nous vous rappelons également que asymptomatique ne veut pas dire non contaminé.e

Autres liens :

D’après cette simulation 3D, un minimum de 1,8 mètre entre deux individus est nécessaire pour stopper une potentielle contamination via de grosses gouttelettes (expulsées lors d’un éternuement, d’une conversation, d’une toux). En revanche, il est préconiser de conserver une distance jusqu’à 8 mètres entre deux individus pour éviter la contamination via de petites gouttelettes (expulsées au même moment et qui restent en suspension dans l’air, sous forme d’aérosols pendant près de 20 min). Ces chiffres présentés ne tiennent pas en compte le port du masque.

Dans cette étude, il est très fortement conseillé de porter un masque. En effet, les masques permettent de stopper la propagation des grosses gouttelettes, celles qui comportent la plus grand charge virale. Les petites pourront certainement traverser le masque (en fonction de leur fabrication). Cependant leurs distance de propagation sera certainement très réduite.

Ceci signifie que la distance de 1 mètre, actuellement préconisée, est une distance qui a peu de chance de stopper la propagation de n’importe quel type de virus. Ceci est d’autant plus vrai dans un contexte ou la population générale de porterait pas de masque.

Reducing transmission of SARS-CoV-2

Testing the Efficacy of Homemade Masks: Would They Protect in an Influenza Pandemic?

Scandale des masques : quand nos élus nous disent tout et son contraire

%d blogueurs aiment cette page :